Juan Olaf Van Der Bilout et l'ours de Bornéo

Publié le 27 Février 2008

Van-Der-Bilout.pngConnaissez-vous le comte Juan Olaf Van Der Bilout qui au siècle dernier fut l'un de nos plus grands explorateurs, naturalistes et anthropologues? Non? Alors laissez moi vous le présenter: Le petit Juan olaf naquit en 1903 à Filnès-Les-Mortagnes dans le paisible département du Nord.  Après une enfance que l'on suppose heureuse et pleine d'amour, mais sur laquelle - il faut bien l'avouer - on ne détient que peu d'informations, Juan Olaf Van Der Bilout se tourne vers les mondes lointains et les peuples méconnus. Son obsession est de découvrir les secrets enfouis au coeur des civilisations étrangères et les moindres recoins de la Terre. Il dévore les écrits sur le sujet, hante les bibliothèques, se prépare au fil du temps à ses premiers voyages. 
Finalement, il sillona le globe tout entier pendant plus de quarante ans, dénicha des peuples dont nul ne soupçonnait l'existence, découvrit des animaux que l'on pensait appartenir à l'imaginaire des contes et des légendes et rapporta de ses expéditions de nombreux trophées. 
Mais n'allez pas croire que je vous fais là le résumé du dernier livre paru sur le sujet. Ces informations, je les tiens tout simplement de son petit-fils, Juan Olaf Van Der Bilout II, qui eut l'immense privilège d'être l'héritier du Comte et qui a décidé voici quelques mois de faire connaître au grand public les merveilles léguées par son aïeul. 
Pour le jeune Juan Olaf, deuxième du nom, son grand-père est sans aucun doute le plus méconnu de nos explorateurs et pourtant, le plus fabuleux. Son originalité ne résidait pas seulement dans les trouvailles extraordinaires qu'il fit mais aussi dans son attachement sans limite à sa femme, attachement qu'il ne chercha jamais à cacher et qui ne le quitta pas. Celle-ci avait beau lui rendre son amour au centuple, rien ne lui fit cependant quitter son auvergne natale et elle attendit à chaque fois patiemment son retour. Juan Olaf Van Der Bilout vécu sans doute tiraillé mais finalement comblé, passant de longues heures à lui taper des lettres  sur sa machine Underwood depuis les coins les plus isolés de chaque continent.
Si vous souhaitez en savoir plus sur cet homme unique et son héritage, allez vous promener sur le blog de son petit-fils mais laissez moi auparavant vous livrer l'une de ses aventures...

ours-de-Born-o.JPGLors de son expédition en Asie du Sud-Est en 1937, Juan Olaf von der Bilout fit une curieuse expérience: d'après le courrier qu'il écrivit à sa femme, on devine qu'il devait loger dans ce que l'on appellerait aujourd'hui une longhouse auprès de familles d'indigènes. Invité à prendre un repas de fête avec ses hôtes, notre explorateur a senti qu'il perdait un peu la tête sans pouvoir s'expliquer son état. La lecture attentive de sa lettre nous laisse supposer qu'il aurait fait ce soir là une overdose de champignons hallucinogènes. C'est aussi lors de cette soirée qu'il rencontra l'ours brun, celui qui mourut sous ses yeux d'un désir fulgurant et dont il rapporta la tête jusqu'ici en Auvergne.

Rédigé par Marie Alster

Publié dans #Des jours meilleurs

Commenter cet article